Gabriel HIBERT Abducté (Tandori 2017)

Gabriel HIBERT Abducté (Econore ‎– eco_092, Tandori ‎– none, Permafrost ‎– PERMA03, Who's Brain Records ‎– none, Cheap Satanism Records 2017)

Pas très fan de la pochette. j'ai recu le disque tout plié, ronchon. peut importe, j'aime la musique. C'est un mix entre un ALBOTH, un BATTLES et un MOHA! gentil. L'esprit est plutôt au positif même si les sonorités font écho en moi et m'emportent dans des souvenirs liés aux années 90. C'est instrumental, tout est auto instrumenté, c'est effectivement un projet solo, un projet de batteur qui plus est. J'aime. Donc, direction le séquençage car ce n'est pas que de la rythmique. Le toulousain y place habilement des nappes et des grincements.

CHARLEMAGNE PALESTINE : Ssingggg Ssschllingg Sshpppingg (Idiosyncratics 2015)

charlemagne-palestine-ssingggg-ssschllingg-sshpppingg-cd-idiosyncratics-2015

J'ai toujours un faible pour Charlemagne Palestine depuis que je l'ai vu au piano accompagnant son vieux pote Tony Conrad (violon) à Nantes en 2005. Ce nouvel album s'inscrit dans la droite ligne du dernier concert que j'ai pu voir de lui, notamment celui à la cathédrale de Nantes en 2012. Je le revois entrer, par derrière, un verre de pif à la main, le doigt tournant sur les rebords pour le faire chanter et lui essayant de sa petite voix de taré de l'imiter à chanter... «sssinnngggggg »....  Ca commençait bien ! Et ca s'est aussi bien fini tout en polyphonie...

ALESSANDRO BOSETTI & CHRIS ABRAHAM : a heart that responds from schooling (Unsounds 2015)

 alessandro-bosetti-chris-abraham-heart-responds-schooling-unsounds-2015

C'est le deuxième album du duo italo-australien où l'on retrouve Chris ABRAHAM au piano* et ALESSANDRO BOSETTI au chant et à l'ordi. BOSETTI est intéressé par la poésie sonore et par le langage dans son côté arty, il triture les voix, les malaxe à l'aide de la souris, ou pas, chante en anglais, en italien et parfois même en français comme sur le dernier titre "la nourriture", un peu dans la lignée de ANNE JAMES CHATON mais avec un côté jazz sacrément prononcé (et aussi bien moins sombre que son comparse de Montpellier**). Ici on parle d'académisme mais d'un académisme dérangeant.

WILD CLASSICAL MUSIC ENSEMBLE : tapping is clapping (2015)

wild-classical-music-ensemble-tapping-clapping-et-mon-cul-cest-du-toffu-2015

WILD CLASSICAL MUSIC ENSEMBLE est un des nombreux projet de Damien Magnette (Zoft, Facteur Cheval...). Dans la vie, il travaille avec des personnes mentalement handicapées à Courtrai (il parait), et donne aussi des ateliers de lutherie sauvage et d'improvisation libre à des enfants pendant les vacances scolaires. Après des études d'art plastique en Belgique (Soignies), Damien Magnette se focalise sur le son que ce soit dans la création radiophonique, la musique improvisée ou la pratique de la batterie dans laquelle on le retrouve ici en compagnie d'un groupe d'handicapés.

Yannis KYRIAKIDES & ANDY MOOR a life is a billionheartbeats (Unsounds 2015)

yannis-kyriakides-andy-moor-life-billionheartbeats-unsounds-2015

"the buffer zone" de KYRIAKIDES sorti en 2004 chez Unsounds m'avait déjà super séduit. Sorte de blues atmosphérique décontracté à l'humeur légère et au vice caché derrière une guitare en miettes et des silences malins. KYRIAKIDES est ce type qui aime triturer ses origines grecques à l'aide d'une électronique sobre ou destructrice certes mais surtout très poétique. Andy Moor ne cache pas non plus pour son amour pour les vieilles chansons helléniques des années 20 et 30.

Áine O'Dwyer - Music For Church Cleaners vol. I and II 2xLP MIE 2015

áine-odwyer-music-church-cleaners-vol-i-and-ii-2xlp-mie-2015

En janvier 2015, 500 copies de ce double LP sont sortis sur l'excellent label londonien MIE. Il n'en reste déjà presque plus. C'est un véritable succès pour cette irlandaise. Réédition de 2 cassettes sorties sur le londonien Fort Evil Fruit label, ces 2 vinyles ont eu sur moi un effet cathartique des plus inattendus. Áine O'Dwyer* a eu accès à l'orgue de l'église St Marks à Islington (Londres) alors que des ouvriers s'affairaient à nettoyer la robe majestueuse de cette vieille paroisse de Chapell Hill.

TINDERSTICKS Ypres (lucky dog / city slang 2014)

tindersticks-ypres-lucky-dog-city-slang-2014

Ce n'est pas souvent que je chronique des disques comme celui ci, de groupes aussi connus je veux dire, mais je trouve cet album tellement beau qu'il ne m'a pas fallu plus d'un verre de rouge pour prendre mes touches et ma souris pour commencer à m'évader dans ce fantastique vynile noir. Destinée au départ à faire office de bande son à la nouvelle exposition permanente du musée sur la première guerre mondiale d'Ypres en Belgique pour commémorer les 100 ans de la" der des ders"*, cet enregistrement est vite devenu une oeuvre essentielle dans la discographie des TINDERSTICKS.

KRENG : the summoner (miasmah recordings 2014)

 kreng-summoner-miasmah-recordings-2014

KRENG, c'est le projet du belge Pepijn Caudron, la quarantaine, qui est d'abord passé par les samples, les soundfounts personnalisés, les logiciels de la boucle, loin des banks General MIDI sans personnalité mais plus intéressé par des parties de samples artisanales et les sonorités issues du monde du classique ténébreux. Le Caudron aime certainement LIGETI et GORECKI. Je suis toujours sacrément curieux de tous les projets du type.

CELER sky limits (Baskaru 2015)

celer-sky-limits-baskaru-1015

CELER est le projet de WILL LONG depuis 2009. Depuis près de six ans, ce Will LONG joue avec les codes archi connus de l'ambient éthéré facon ENO. J'aime aussi beaucoup ENO dans ces cas là et je trouve CELER souvent très lisse finalement quand j'imagine son identité. Qu'importe de toute facon, j'écoute tout de même pas mal ce disque ces temps ci, les apartes du genre "field recording enregistrés à Tokyo et Kyoto" rajoutent un quelque chose d'authentique au propos même si les accointances New Waveuses ont souvent raison de ce nouvel album avant les 50 minutes imparties.

ANDREA BELFI : natura morta (Miasmah 2014)

andrea-belfi-natura-morta-miasmah-2014

Allez, c'est ma soirée "nature morte". Après ses travaux avec David Grubbs, Machinefabriek ou Ignaz Schick, Belfi nous revient seul. Direct, j'aime le son de batterie, une nappe traîne, c'est noir, c'est vieux, il y a quelque chose de mécanique, c'est tendu, comme une bonne vieille new wave. Je pense à LOSCIL sur Kranky, des nappes mélancoliques assombrissent l'atmosphère, le tempo est lent, puis disparait, ne laissant apparaitre que l'ossature de la musique de Andréa BELFI, des sonorités métalliques glaciales, couvertes de réverbération.

S'abonner à X-PE